Comment surfer anonymement et pourquoi conserver son anonymat en ligne

Beaucoup d’internautes doivent se dire que l’anonymat est cette chose surfaite qui, en 2018, n’est pas aussi important que l’on pourrait le penser. A une époque ou nous partageons les moindres instants et aspects de notre vie sur les réseaux sociaux, est-il encore important de se demander comment surfer anonymement. La réponse est pourtant sans appel : oui, conserver votre anonymat en ligne est crucial. Car si vous choisissez ce que vous désirez montrer de vous sur ces plateformes, et surtout qui peut y accéder, le vol et l’utilisation à des fins commerciales ou politiques de vos données personnelles sans votre accord est une toute autre chose. Et surtout, ce n’est pas une pratique réservée aux mauvais films d’espionnage.

Surfer anonymement est même devenu un luxe que certains sont prêts à payer cher, en installant des réseaux sécurisés sur leur ordinateur pour ne pas être reconnu ni identifiables lorsqu’ils se connectent à Internet. C’est compréhensible, car l’anonymat vous permet de protéger votre vie privée, mais aussi de vous sentir en sécurité et de vous assurer que vos données ne seront pas utilisées à votre insu, pour en tirer un profil malhonnête ou les retourner contre vous. Dans certains pays, c’est aussi le seul moyen d’éviter la censure et de jouir d’une réelle liberté virtuelle.

Dans cet article, nous vous expliquerons quelles sont les méthodes les plus efficaces pour surfer anonymement, et surtout pourquoi ces précautions sont plus importantes que jamais en 2018. A vous de choisir celle qui correspondra le mieux à vos besoins.

Pourquoi il est important de rester anonyme en ligne

La première fausse idée que vous devez vous sortir de la tête est que si vous ne téléchargez pas du contenu illégalement ou que vous ne vivez pas sous la coupe d’un régime répressif, vous n’avez aucun besoin de rester anonyme en ligne. En effet, nous sommes tous la cible potentielle du vol de nos données personnelles, quotidiennement et sans même nous en rendre compte.

Il peut parfois s’agir de données que vous pensez inoffensives, ou sans valeur, comme vos intérêts (que vous partagez sur Facebook), ou des moments de votre vie que vous n’hésitez pas à poster en ligne. Mais en réalité, c’est tout votre historique de navigation, votre emplacement et vos petites habitudes en ligne qui peuvent être récupérées très facilement à l’aide de votre adresse IP et de vos cookies. Avec la multiplication des logiciels malveillants et espions (auxquels vous pouvez être plus exposés, notamment si vous n’avez pas installé d’antivirus, si vous ne surveillez pas les pages que vous visitez ou que vous avez l’habitude de vous connecter à des réseaux publics) peuvent utiliser ces données à des fins publicitaires, ou pire, dans le but d’usurper votre identité.

Rester anonyme en surfant sur Internet

Et au-delà des grands scandales comme celui révélé par Edward Snowden sur les pratiques de la NSA, nous faisons tous les jours confiance à des grands groupes comme Google, qui savent exactement, et stockent, toutes vos recherches et plus généralement votre activité en ligne. Et si vous pensez que ces informations n’ont aucune importance, détrompez-vous. La localisation de votre ordinateur à un instant T dans un périmètres bien précis peut vous sembler inoffensif en tant que tel, mais couplé aux recherches que vous avez faites au même moment, ces informations révèleront une part bien plus intime de votre vie, que vous n’avez certainement aucune envie de partager avec Google.

Surfer anonymement avec un VPN

Maintenant que vous savez pourquoi il est important de surfer anonymement, passons aux solutions qui existent pour vous y aider. La plus évidente, mais aussi la plus efficace, reste de vous connecter via un VPN, ou Réseau Privé Virtuel. Il s’agit généralement d’une application (ou d’une extension à installer sur votre navigateur) qui vous permettra de vous connecter à un réseau distant et sécurisé qui, grâce à un protocole de tunnelisation, sera capable d’encapsuler et de crypter l’ensemble de vos données de navigation, afin qu’elles soient irrécupérables, et indéchiffrables à des tiers comme votre fournisseur d’accès à Internet, mais aussi à votre gouvernement ou une entreprise privée.

Grâce à un VPN, il est donc impossible de connaître les pages que vous consultez, ni même d’accéder au contenu que vous pouvez poster en ligne. Encore plus intéressant, en vous connectant à un réseau distant (qui peut se trouver à l’autre bout du monde), votre VPN vous attribuera une nouvelle adresse IP, rendant impossible la localisation de votre périphérique.

D’ailleurs, un VPN peut servir de nombreux objectifs autre que la recherche d’anonymat en ligne : il vous permettra par exemple de contourner le blocage géographiques de sites comme Netflix, mais aussi de vous faciliter le P2P, ou encore de chiffrer les protocoles FTP (pour le transfert de fichier) ou IMAP (lorsque vous consultez vos courriels). Autres avantages, votre VPN vous permettra de surfer anonymement et en toute sécurité lorsque vous êtes connecté à un réseau Wi-Fi public, et même d’anonymiser toutes vos applications.

Si vous ne savez pas lequel choisir, jetez un oeil à notre comparatif des meilleurs VPN.

Etes-vous vraiment anonyme avec un VPN ?

La chose qu’il faut cependant bien comprendre est que tous les VPN ne se valent pas en terme de confidentialité. Pour commencer, tous les fournisseurs de VPN n’utilisent pas les mêmes protocoles de cryptage, et si certains (comme NordVPN ou Hide My Ass) respectent les mêmes standards que ceux imposés par les gouvernements eux-mêmes, d’autres sont plus laxistes. L’autre gros faille des VPN est que la plupart d’entre eux enregistrent et stockent vos données sensibles (notamment votre adresse IP) pendant une certaine période. En effet, les gouvernements peuvent leur demander de partager ces informations en cas d’enquête (une réquisition judiciaire en France) : une obligation auxquelles ne peuvent légalement pas se soustraire les VPN.

Protéger sa vie privée avec un VPN

La première chose à faire avant de choisir votre fournisseur est donc de vous pencher sur ses conditions d’utilisation, qui vous révèleront dans certains cas que vos données de connexion peuvent être stockées pour une durée indéterminée, et même partagées à des tiers. Si Hide My Ass fait partie des VPN les plus performants sur le marché, sachez qu’il conserve vos logs pendant un maximum de 3 mois.

Si vous désirez réellement surfer anonymement, la solution reste donc de choisir un VPN appliquant une politique de « no log », pour lequel vous n’aurez pas besoin de vous identifier à chaque connexion et qui ne conservera aucune information sur vous. C’est le cas notamment d’Express VPN ou NordVPN qui, présent dans des pays moins regardant en la matière (respectivement les Iles Vierges Britanniques et le Panama), ont une plus grande liberté et offre donc un anonymat réel.

Naviguer en privé

Une autre méthode pour surfer anonymement, et qui ne requiert ni d’installer une application, ni de payer un abonnement, est tout simplement de paramétrer votre navigateur afin qu’il ne sauvegarde ni ne stocke aucune données sur vos habitudes en ligne. Pour cela, il vous suffit de sélectionner le « mode privé » dans vos paramètres de navigation. Cette manipulation très simple vous permettra donc de vous assurer que les informations sur les sites que vous consultez, mais aussi les informations que vous avez laissé derrière vous (comme vos mots de passe, mais aussi les formulaires que vous avez pu remplir ou tout simplement les recherches que vous avez faites sur google), ne soient pas conservés.

Attention, car si cette configuration peut se révéler suffisante pour certains internautes, elle ne vous permettra pas de surfer anonymement à 100 %, puisques ces données seront toujours accessibles à votre fournisseur d’accès à Internet, mais aussi aux éditeurs des sites que vous avez visité.

Les proxys sont-ils vraiment efficace pour rester anonyme en ligne ?

Autre astuce, vous connecter via un proxy, qui ouvrira vos pages web à votre place avant de vous en transférer les données. Cela vous permet donc de surfer anonymement, car les sites que vous visiterez ne détecteront pas votre présence, seulement celle de votre serveur mandataire (autre nom du proxy).

Comment rester anonyme en ligne

Mais le premier problème que pose cette méthode est qu‘elle peut demander beaucoup de temps. Il est bien connu que les VPN ralentissent également votre connexion, mais dans le cas des proxy, si ce dernier se trouve à l’autre bout du monde, vous devrez attendre de longues (dizaines) de secondes avant que votre page ne s’ouvre. Autre hola, tous les proxys ne se valent pas. De nombreux sites Internet (comme Facebook d’ailleurs) font usage de la technologie Ajax, qui permet de contrer les proxy web.

Certains vous permettront réellement de rester anonyme en ligne, tandis que d’autres ne se révèleront pas aussi efficaces pour dissimuler votre adresse IP (en allant parfois jusqu’à les partager). Si ces données peuvent aussi être récupérées en passant par un VPN, les proxy les jettent parfois en pâture non pas à la demande de la justice, mais d’entreprises privées à qui sont vendues vos bases de données. Faites donc attention aux proxy gratuits, car comme dit le dicton « Si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit ».

Se connecter via un réseau sécurisé

Si vous désirez surfer anonymement, vous pouvez également décider de vous connecter via un réseau sécurisé. Il s’agit d’une solution de plus en plus populaire, et qui, si elle était réservée autrefois aux internautes plus avancés et même aux hackers (notamment pour accéder au Dark Web), est aujourd’hui utilisé par les débutants.

Sa version la plus connue est bien sûr Tor (voir mon test complet), ou The Onion Router. Il s’agit en effet d’une extension très simple d’utilisation puisque vous n’aurez pas besoin de l’installer pour vous balader de façon complètement anonyme dans les moindres recoins du web. En passant par Tor, votre connexion sera protégée et cryptée en transitant par des nœuds, qui ne sont autres que les ordinateurs des autres utilisateurs de ce réseau. Le cryptage est même plus complet que celui proposé par les VPN, puisque vos données seront cryptées en plusieurs couches (d’où le nom de TOR) par chacun des relais par lesquels transitera votre connexion. Et les sites que vous consulterez n’auront ainsi accès qu’à l’adresse IP de votre dernier relai.

Surfer de façon anonyme avec TOR

Le problème avec Tor est que ses utilisateurs pas très recommandables peuvent se retourner contre vous en piratant vos données. Les nombreuses arrestations qui ont été menées dernièrement sur les internautes passant par TOR peuvent également inquiéter quant à sa fiabilité pour les particuliers. Les adresses IP utilisées par TOR sont désormais connues, et vous pouvez donc être banni de certains sites en passant par ce réseau. Vous pouvez donc opter pour des alternatives moins connues (et donc moins victimes de leur succès) comme Ultrasurf, que vous pourrez transporter sur une clé USB.

Commenter