Facebook et son VPN Onavo : une rupture consommée

Facebook s’est fait taper sur les doigts plusieurs fois à cause de ses errements en matière de confidentialité. Dès 2013, avec le rachat du VPN israélien Onavo, la firme de Marc Zuckerberg avait pris quelques libertés avec le traitement des données de ses utilisateurs. Alors que le programme était censé protéger vos données personnelles, il les recueillait pour permettre à FB d’affiner son marketing. Face au tollé provoqué, Facebook met enfin un terme définitif à ce programme.

Onavo, le VPN qui a permis le rachat de WhatsApp

marc zuckerberg onavoC’est en 2013 que Onavo, une start-up israélienne, annonce avoir été acquise par le géant Facebook pour plus de 200 millions de dollars. Cette entreprise spécialisée dans la compression de données avait pour objectif premier d’aider les utilisateurs à consommer moins de données durant leur session, mais possédait également une fonctionnalité de type meilleur VPN, pour faciliter la navigation anonyme.

C’est cette seconde fonctionnalité qui intéressait Facebook avant tout. Grâce à elle, le réseau social allait pouvoir prendre connaissance de l’utilisation que faisaient ses utilisateurs lors de leurs sessions internet. C’est, par exemple, ce qui a motivé l’achat de WhatsApp par Facebook pour la somme colossale de 19 milliards de dollars en 2014. A l’époque, le système de messagerie n’était pas rentable et ce rachat en a surpris plus d’un.

Mais on comprend mieux aujourd’hui, maintenant que l’on sait que Facebook surveillait tout grâce à Onavo. Le réseau social de Zuckerberg avait déjà réalisé que cette messagerie gratuite serait un frein au développement de Messenger, le système d’envoi de message de Facebook, en analysant les données de navigation de ses utilisateurs. Aujourd’hui, Messenger est leader incontesté, comme prévu.

Quand Facebook s’est fait attraper en 2018, l’application Onavo a été retirée de l’App store. Mais aujourd’hui, suite à de nouveaux scandales liés à la confidentialité, le réseau social met un terme définitif à Onavo et à ce système de collecte de données masqué.

Facebook et la vie privée : la confiance des utilisateurs en berne

onavo vpn fb

Il faut dire que Facebook accumule les affaires liées à des violations de la vie privée. Après le scandale Onavo, la marque a dû faire face une nouvelle révélation remettant en cause sa crédibilité. Via une application baptisée Facebook Research, elle proposait à des utilisateurs d’être rémunérés en échange d’un traçage de leur navigation. Le souci, c’est que parmi les personnes volontaires, il y  avait des mineurs, ce qui rend l’action illégale.

On se rappelle également du raz de marée de l’affaire Cambrige Analytica, qui a révélé que via des jeux accessibles sur Facebook, les données de millions d’utilisateurs étaient conservées et analysées, en vue de cibler plus précisément leurs besoins. On comprend mieux pourquoi il faut apprendre à se protéger en ligne grâce notamment au VPN.

Des accusations constantes, qui font que la confiance des utilisateurs de Facebook s’effrite peu à peu. Même si Marc Zuckerberg promet que son réseau social va se renouveler pour accorder une place de choix à la vie privée de ses membres, de plus en plus de personnes quittent le navire en estimant que leurs informations privées ne sont plus à l’abri.

La fin du programme Onavo est donc une première étape vers ce renouveau promis, mais il n’est pas certain que Facebook regagne la confiance de ceux qui l’utilisent ou qui l’ont utilisé si facilement.

Commenter